Technologie et rémunération dans le métier de coursier à Paris

coursier à paris Le métier de coursier à Paris et ailleurs existe depuis plusieurs décennies maintenant. Le métier a évolué avec son temps, subissant l’influence positive et parfois négative des avancées technologiques et sociales. La profession a dû s’adapter et tirer profit de tous ces changements. Sur le plan technologique, l’avènement des téléphones mobiles et des appareils mobiles a permis de faciliter les échanges entre le livreur et son staff. Ainsi, il reçoit directement ses instructions sur son téléphone et sur son palm top. On assiste ainsi à un gain de temps, avec une transmission des informations en temps réel. L’informatique n’a fait que donner plus de fluidité au métier. Avec l’informatique et ses outils, la gestion interne et même la gestion des livraisons se font plus rapidement, et plus facilement grâce aux logiciels adaptés. Grâce à la technologie, les rendements, les performances et la productivité sont accrus, entraînant avec eux la satisfaction des clients qui notons-le sont de plus en plus exigeants.

La rémunération des coursiers

À la base, quand on était un coursier avec Paris Paname Courses, et que l’on travaillait pour une entreprise spécialisée, la rémunération se faisait selon un principe assez précis. Les clients recevaient des bons que le coursier récupérait en échange du colis déposé ou récupéré. Selon si la livraison est normale est express, le client disposait d’un nombre de bons particuliers. Par conséquent, le principe de rémunération était basé sur la productivité du coursier, plus il récupérait ou livrait, plus il recevait d’argent. Le tout était évalué en fonction du nombre de courses effectuées ou en fonction du nombre de bons accumulés pendant la journée. Chaque bon avait une valeur en numéraire.

À l’heure actuelle, le système de rémunération est différent de celui-là, le système des bons n’existe pratiquement plus. De nos jours, les sociétés de livraison établissent des contrats en bonne et due forme avec leurs clients réguliers. À la fin de chaque mois, la société fait un récapitulatif des factures de livraison ou de récupération que le client a sollicité durant le mois. Ces factures prennent en compte le type de courses, leur nombre, etc. Quant au coursier à Paris, il est rémunéré sur une base fixe, à laquelle on ajoute une prime d’intéressement calculée en fonction du nombre de courses honorées pendant le mois. La prime d’intéressement est calculée comme faisant partie du salaire et bien évidemment elle est différente chaque mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enter the text from the image below