Le trekking au Maroc permet de découvrir l’histoire de ses régions

trekking maroc

Lorsque l’on fait un trekking au Maroc, on se rend bien compte que le pays a connu de nombreuses influences qui ont contribué à le métamorphoser et à en faire ce qu’il est de nos jours. Le Drâa est l’une des parties du pays qui a connu diverses influences et transformations au fil des siècles. Tout d’abord les différentes dominations des tribus caravanières qui ont traversé la région, mais aussi celle des Français entre autres. Le trekking au Maroc http://www.aventure-berbere.com/types/rando-trekking/trekking-desert/, plus précisément dans la région du Drâa permet de découvrir ses populations qui ont aussi évolué avec les décennies et les siècles.

Patrimoine historique de la population du Drâa

A la base, la population qui a habité dans la région du Drâa devait être principalement de type primitif et négroïde, elle appartenait apparemment au groupe Biafan. Cette population a dû progressivement s’adapter aux conditions de vie que la région lui imposait. Tout d’abord, ils ont eu l’occasion de se rendre compte que le caractère aride de la région ne permettait pas d’élever des bovins, encore moins de vivre comme des nomades. Pour remédier à cette situation, ils ont dû s’adonner à l’apprentissage et à la pratique de la culture des dattes et des céréales. Cette même population négroïde se retrouve aussi au cœur de certaines oasis du Sahara, plus précisément au Tafilalet, ainsi que sur le banc d’Arguin qui se trouve en Mauritanie. Durant l’âge de fer, cette population négroïde a été influencée par les nombreuses colonisations qu’elle a subies, surtout en milieu nomade, mais aussi dans les oasis qui se trouvent en altitude. L’âge de fer a apporté des éléments amazigh, les autololes, les gétutes. L’influence n’a pas seulement concerné les éléments de décoration, mais aussi la langue de la population qui est devenue berbérophone. En plus, la population est devenue mixte, parce que l’on y retrouve désormais des personnes de race blanche.

C’est seulement à partir du 13ème siècle et jusqu’au 15ème siècle que les zones se trouvant au sud de l’Anti-Atlas, mais aussi du saghro, qui étaient principalement négroïdes, ont connu des colonisations des populations arabes. Lorsque l’Islam a commencé à faire son entrée dans la région du Drâa, le bassin central de la région a commencé à se structurer, c’est ainsi que les tombes d’anciens souverains de la région ont été découvertes qui prouvent que les anciens souverains, qui étaient appelés émirs étaient effectivement d’origine négroïde. Vers 1300, la soumission de la région du Drâa à la tribu Zénète des mérinides est effective, de plus la même tribu a du contrôle sur les villes voisines de Fès et Marrakech, suivies de Sijilmassa. Après les zénètes, ce fut au tour des chérifs Saadiens, ces derniers ont même mené une guerre sainte lorsque les Portugais ont essayé de conquérir le pays entre les années 1515 et 1545.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enter the text from the image below